Accueil > Lettre ouverte de Denis REY - Partir sans vous dire au revoir, sans un clin d’œil, c’était juste pas possible !…

Chers Collègues et Amis,

 

J’ai voulu vous éviter le pire avec l’exposé magistral du déroulé de ma carrière, vous éviter les discours que l’on réserve également à des obsèques, l’incontournable cadeau de départ avec la trottinette électrique à énergie positive et l’apéro entre 2 portes servi dans des verres en carton recyclable, autour de quelques toasts de saumon bio.

Je vais arrêter discrètement mon activité professionnelle le 1er aout 2019 pour me consacrer à d’autres activités et préférant partir en congé sur la pointe des pieds le 1er juin 2019, c’est donc sans discours ennuyeux, sans bouquet de fleurs, sans protocole, sans l’étalage de ma carrière, sans avoir à choisir les invités et sans tralala , que je vous dis simplement au revoir.

Si ce métier a été pour un certain nombre de Directeurs d’Association Régionale Hlm en quête du graal, un tremplin pour devenir Directeur d’un Organisme d’Hlm, c’est le chemin inverse que j’ai pu choisir il y a plus de 20 ans, après 10 ans à la direction de l’Agence de l’OPAC de Montpellier à la Paillade et 10 ans dans les services de l’Urbanisme de la Mairie de Montpellier, armé d’un DUT Génie Civil et après avoir été reçu au concours d’ingénieur dans les spécialités Bâtiment et Urbanisme.

Paré d’une armure faite de simplicité, de travail, de bon sens, de persévérance, de courage, de fidélité et d’honneur, ce sont des années formidables durant lesquelles j’ai tenté de servir du mieux possible la cause publique et celle du logement social, en restant proche de vous et de nos concitoyens.

Un ancien de nos collègues disait que nous étions des « éclaireurs de la cause Hlm »,  présents partout et pour tous, des électrons libres capables à la fois de vider les poubelles le matin en se retroussant les manches et de se changer en fin d’après-midi pour être reçu par un Préfet. Quelle chance !

Si je regarde derrière moi, il y a quelques années, je vois un groupe de directeurs d’Associations Régionales, solidaire, parfois turbulent, efficace et souvent plein d’idées, capable d’apporter sa pierre à la construction d’une solidarité au bénéfice du collectif, des Organismes d’Hlm qu’ils représentent et des territoires.

Je vois également dans ce groupe animé par la FNAR, des convergences dans les idées et  dans l’action, des complémentarités issues des différences qui nous caractérisent et nous enrichissent, qui nous permettent au nom et pour les Organismes d’Hlm, de façonner un point de vue et de construire des propositions, tout en exprimant librement des craintes et quelques fois même, en lançant des alertes ou des coups de gueule au plus haut niveau de l’Etat et de l’USH.

Si je regarde ou nous en sommes aujourd’hui, je vois autour de nous bon nombre de brillants techniciens ou de grands philosophes, souvent très éloignés des réalités locales, je vois aussi des collègues qui n’osent pas s’exprimer et qui suivent trop fréquemment les directives nationales, sans se poser les vraies questions, celles posées dans les territoires, au sein même des Organismes d’Hlm et qui perdent trop souvent le sens des réalités, se coupant des évidences, pensant détenir la vérité et ne sachant plus écouter, entendre, ressentir, réfléchir et agir.

Je vois une Fédération Nationale des Associations Régionales Hlm qui se penche trop à mon gout sur l’épaule d’une USH qui vieillit mal, et qui peu à peu, est vampirisée par ce monstre à plusieurs têtes, au détriment des intérêts de ses Associations Régionales et de leurs personnels, mais surtout au détriment des intérêts des Organismes d’Hlm et des territoires. Il faudra raviver la flamme de la proximité en renforçant le rôle et les moyens des Associations Régionales!

Concernant le réseau des Directeurs d’Associations Régionales animé par la FNAR, je crois sincèrement qu’il lui faudra impérativement retrouver son éclat, réactiver les temps de partage, d’échanges, de convivialité et même d’engueulades, sans être sans cesse sous la pression et le contrôle de l’USH et de l’Etat, dans des calendriers contraints et chronophages. Il faudra redonner l’envie d’avoir envie !

La qualité des équipes malgré des moyens insuffisants, les expériences partagées, la richesse des territoires, les point de vue variés, les initiatives locales, etc. sont autant de diversités qui forgent au quotidien nos capacités d’actions individuelles et la force du collectif. La convergence déployée de ces savoir-faire, renforcera notre crédibilité vis-à-vis de nos adhérents, de l’ensemble des collectivités territoriales et des partenaires.

Bref, préférant regarder devant moi, je fais totalement confiance à Aurélie LE GALLEE, qui va reprendre avec panache le flambeau d’Occitanie Méditerranée Habitat et qui avec ses qualités, sera j’en suis bien persuadé à la hauteur des attentes de tous.

Je sais pouvoir compter sur vous toutes et tous pour lui réserver le meilleur accueil et lui permettre sans tarder de prendre ses marques au sein d’un monde Hlm complexe au 1er rang duquel les Organismes d’Hlm sont à la peine, ainsi que dans le réseau des partenaires et des acteurs de l’habitat.

Avec l’appui du Président Robert COTTE et de nos administrateurs, elle saura toujours anticiper et préparer le coup d’après, tourner les pages du passé, les bruler en les gardant en mémoire et en écrire de nouvelles de sa propre plume.

Ces années se sont trop vite écoulées, comme si j’avais travaillé hors du temps, dès lors que j’étais bien dans mes bottes, les pieds sur terre et la tête au-dessus des nuages, en me rappelant  tous les jours « qu’il n’y a rien de plus triste que des gens qui se croisent et qui ne se parlent pas… ».

2018 et 2019 auront été des années de transition qui ont vu le navire baptisé « URO » se transformer en « OMH », affrété par les 29 Organismes d’Hlm de l’ex Languedoc-Roussillon, administré par Robert COTTE, un Président - Armateur pro actif à la table de carte pour calculer et fixer le cap, Aurélie LE GALLEE, capitaine en herbe au long cours, formée à bonne école à la barre, une équipe de marins fidèles, inventifs et engagés dans les batailles Hlm.

J’ai à cet instant une pensée affectueuse et respectueuse à l’endroit de notre ami, l’incontournable Joseph VIDAL, père fondateur de l’URO, ce grand sage et conseiller du monde Hlm, de la cause publique et politique, celui que j’aime appeler pour lui demander conseil, car toujours présent et bienveillant à notre égard.

Au delà des hommes, je ne regretterai que les mots « Union Régionale et Languedoc-Roussillon » dans le nouveau nom de notre Association Territoriale ou infrarégionale, un peu comme si on nous avait volé notre carte d’identité et notre territoire…

Pour ma part, au matin du 1er juin 2019,  je vais donc simplement et discrètement hisser les voiles et appareiller pour prendre la mer, afin de poursuivre d’autres combats, la tête pleine de souvenirs, les bons plus nombreux ayant déjà chassé les rares mauvais, libre comme l’air, avec les pieds sur le pont de mon propre navire, la tête au vent et les yeux tournés vers l’horizon, en quête de nouvelles découvertes, de nouveaux caps à tenir et de nouveaux plaisirs.

Souhaitant raconter une histoire sans fin, j’ai voulu marquer la page d’aujourd’hui, en vous souhaitant bon vent à toutes et tous, en vous disant bon courage et au revoir.

Tenez bon la barre et à bientôt.

 

Denis REY

06.12.03.66.33

denisrey4982@gmail.com


Top